UOR Butembo : Le Professeur MWANAMOLO appelle l’Etat à renforcer ses juridictions au lieu de référer la répression des crimes aux juridictions étrangères

UOR Butembo : Le Professeur MWANAMOLO appelle l’Etat à renforcer ses juridictions au lieu de référer la répression des crimes aux juridictions étrangères

17. juillet 2023 Allgemein 0

L’Etat congolais est convié à doter des moyens nécessaires aux juridictions nationales de manière à leur permettre la répression  des crimes commis au pays. Opinion du Professeur MWANAMOLO NGISE MUSONGYA, enseignant en Faculté des Sciences Politiques et Juridiques à  l’Université Officielle de Ruwenzori, UOR-Butembo. Il l’ a exprimée ce lundi 17 juillet 2023 à Radio Elimu, la Voix de l’UOR. C’étaitau cours d’une interview accordéeà l’occasion de la journée mondiale de la justice internationale, célébrée chaque 17 juillet de l’année.

A l’amorce, Professeur MWA NAMOLO peint un  bilan sombre de la Cour Pénale Internationale depuis que la République Démocratique du Congo a ratifié les statuts de Rome.

Pour lui, les crimes commis sur le territoire congolais n’ont jamais été bien réprimés.

« Depuis que notre pays a ratifié les statuts de Rome, on peut se demander quel est le bilan par rapport à la répression des crimes qui ont été commis dans notre pays. La CPI a connu un début, on peut lui rapprocher de n’avoir pas fait ce qu’on attendait parce que les espoirs étaient assez démesurés, peut-être, compte tenu de l’ampleur des crimes qui ont été commis mais on peut lui accorder le mérite de commencer. Il y a déjà eu certains procès portés devant la CPI dont des procès qui ont fait comparaître des congolais. Malheureusement, il y a d’autres crimes sur lesquels cette Cour n’a pas encore statué et donc ils ne sont pas encore réprimés. On peut souhaiter que la démarche qui a été lancée puisse s’accentuer. Que la Cour mettre plus de moyens et d’énergies dans la répression des crimes qui sont commis en RDC et à travers le monde », montre cet Enseignant.

Plutôt de référer la répression des crimes à des juridictions internationales, notre interlocuteur  a appelé le  gouvernement congolais à renforcer les capacités de ses juridictions  afin de pouvoir réprimer les crimes commis dans le  pays.

« En fait, j’ai toujours souhaité que l’Etat donne plus de moyens parce que la question de la justice relève de la souveraineté de l’Etat. Moi, j’ai toujours pensé plutôt que de référer la répression aux juridictions étrangères ou internationales, je souhaite que l’Etat puisse renforcer ses propres juridictions de manière à leur accorder les moyens nécessaires et les capacités à pouvoir réprimer les crimes qui sont commis sur le territoire congolais », boucle le Professeur MWANAMOLO MUSONGYA.  

Pour votre gouverne, la journée mondiale de la justice internationale a été adoptée par le statut de Rome le 17 juillet 1998.

Elle vise à protéger les personnes contre le génocide, les crimes contre l’humanité, les crimes de guerres, le crime d’agression et unir tous ceux qui souhaitent soutenir la justice, promouvoir les droits des victimes, et aider à prévenir les crimes qui menacent la paix, la sécurité et le bien-être du monde.

Victoire Pozite et Rachel Borive