UOR Butembo : Cet étudiant en Droit condamne les massacres et d’autres actes d’insécurité qui violent les droits fondamentaux de l’homme

UOR Butembo : Cet étudiant en Droit condamne les massacres et d’autres actes d’insécurité qui violent les droits fondamentaux de l’homme

7. mars 2024 Allgemein 0

Les droits inscrits dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ne sont pas quasiment respectés. Ces propos ont été tenus ce jeudi 7 mars 2024 par WASOLELA ALIMASI JOSUE, étudiant de l’UOR-Butembo. Il l’a dit au sortir d’une conférence scientifique.

Cet étudiant inscrit en faculté de droit en L1 LMD à l’UOR, constate que la plupart des habitants ignorent ces droits, ce qui conduit au non-respect de ces derniers. 

A l’en croire, le massacre qui sévit en RDC est synonyme de non-respect des droits humains.

WASOLELA ALIMASI JOSUE exhorte les peuples du monde entier au sens de responsabilité dans le but de vivre le respect des droits de l’homme, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, estime-t-il.

« Les droits ne sont pas respectés. C’est ainsi que  nous en faisons la promotion. Des fois, on peut commettre des actes qui ne cadrent pas avec le droit suite à l’ignorance. Voilà pourquoi la promotion que nous activons dans la société, ne doit pas se limiter seulement dans les ouvrages. Soyons des hommes justes et dignes. Je crois que ce sont les deux versions qui peuvent nous amener à vivre ces droits au niveau mondial. Pour le respect des droits, pas question de calcul de pourcentage. Par exemple si on les respecte en 99% on manque 1 %, on dira qu’en RDC nous ne respectons pas les droits de l’homme. Avec le massacre et génocide silencieux nous pensons que nos droits ne sont pas respectés. », argumente cet étudiant.

Pour mieux revendiquer ses droits, WASOLELA ALIMASI JOSUE encourage la lecture de ces droits, même sur internet.

« Et le plus important c’est de lire comme plusieurs personnes ont de téléphones tapées sur internet : la déclaration universelle des droits de l’homme. Voir même les articles et droits qui sont dans la déclaration pour mieux revendiquer et faire nos devoirs en qualité de citoyens congolais », conseille-t-il.

Notons que, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme définit 30 droits et libertés inhérents à tous les humains. Ces jours, ces droits constituent la base de l’ensemble du droit international en matière de droits humains.

Georges LOMBA