« Si par la grâce de Dieu, nous avons de quoi vivre, Il nous demande d’aider les nécessiteux » Mgr Sikuli évalue et parle de l’action de la Caritas Butembo-Beni

« Si par la grâce de Dieu, nous avons de quoi vivre, Il nous demande d’aider les nécessiteux » Mgr Sikuli évalue et parle de l’action de la Caritas Butembo-Beni

13. janvier 2024 Allgemein 0

Les bonnes choses se font sans faire beaucoup de tambours (…) que l’on soit humanitaire ou non, tout ce qui compte c’est la dignité de la personne et non de l’argent.  En ces termes, Monseigneur l’Evêque du Diocèse de Butembo Beni a évalué l’action de la Caritas Développement Butembo-Beni, à 25 ans de son épiscopat.

Il a évalué la pastorale sociale dans  laquelle est engagée la Caritas diocésaine lors d’une interview  avec la presse à la suite d’une célébration qu’il a présidée au Bureau Diocésain des Œuvres Médicales,  BDOM, ce vendredi 12 janvier 2024.

« Nos différentes structures de l’Eglise, que ce soit centre, école ou hôpital, nous ne sommes pas là d’abord pour gagner de l’argent mais c’est pour épanouir l’évangélisation par la charité à notre communauté. C’est cette fraternité de solidarité qui nous rend enfants de Dieu parce que cette charité on doit la faire avec cœur. Quand vous me demandez un bilan, je peux dire qu’on a rien fait pour d’autres et on a fait quelque chose pour les uns. Sachez que chez nous, on voit la qualité de faire le bien avec cœur. Et là on y intègre compétences et professionnalisme, pour le bien. Moi, j’ai un principe selon lequel, nous ne pouvons pas faire tous les biens mais le peu de bien que nous faisons essaie de soulager les personnes en détresse au sein de notre diocèse. Mais quand on apprend que les gens ont été assassinés, ces gens qui enlèvent, et endeuillent des familles, est-ce que ce ne sont pas les gens comme nous ? A quoi ressemblent-ils ? Je crois que tous on a été créé à l’image de Dieu et c’est cette ressemblance-là qui doit nous faire penser que l’autre ressemble à Dieu et qu’à partir de lui, c’est Dieu lui-même qu’on voit. Inutile de se torturer sans raison » prêche Monseigneur SIKULI PALUKU.

L’ordinaire du lieu a rappelé qu’à travers la Caritas Butembo-Beni, tout le monde doit apprendre à gagner sa vie pour la gloire de Dieu. Il a prêché que la pastorale de l’Eglise invite à l’autoprise en charge partant des faibles moyens qu’on a.

« Comme le disent les chinois, il ne faut pas toujours donner du poisson à la cible mais surtout lui apprendre comment pêcher. Comme ici chez nous où la misère ou pauvreté chante à grand écho pour nombreux, si nous arrivons à nous prendre en charge, c’est déjà beaucoup avec les faibles moyens que nous pouvons avoir. Nous ne demandons pas à Dieu de nous donner beaucoup d’argent, non. Mais si par sa grâce, nous avons de quoi vivre, il nous demande d’aider les nécessiteux parce que de fois on nous aide aussi. Il faut bien travailler avec cœur en le faisant au nom du Christ. Vous de la communication, aidez-nous à faire passer des messages comme celui-là parce que les gens confondent des choses en tout cas. L’Evêque n’a toujours pas été contre même la gratuité de l’enseignement ou autre chose du genre mais l’on souhaite que les choses se passent dans l’ordre s’il vous plait », a exhorté l’Evêque de Butembo-Beni.

La mission de l’Eglise étant de proclamer l’Evangile mais celle-ci n’est rien si elle n’est pas vécue, a martelé Monseigneur SIKULI Melchisédech.

L’Ordinaire du lieu a, par la même occasion, invité tout le monde à son niveau à vivre la charité en commençant par son plus proche avant soi-même.

Il s’est dit préoccupé sensiblement par les affres imposées par les conflits armés en Butembo-Beni, menacés, par les ADF et le M23.

Il compatit avec les personnes affectées à travers ses organes de la Caritas diocésaine. Ainsi demande-t-il la population à la vigilance solidaire « pour ne pas loger le diable autour de soi ».

Jures Kizito