Santé-Menace de la conjonctivite à Butembo : la DPS conseille le respect strict des mesures de prévention contre cette maladie qui se laisse attraper en prison et ailleurs

Santé-Menace de la conjonctivite à Butembo : la DPS conseille le respect strict des mesures de prévention contre cette maladie qui se laisse attraper en prison et ailleurs

27. mai 2024 Société 0

80 anciens cas et 4 nouveaux, tel nombre des personnes atteintes de la conjonctivite à la prison centrale de Kakwangura, à Butembo. Cette révélation est du point focal de la communication de la Division provinciale de la santé, DPS antenne de Butembo. MUMBERE LUHAVO Damaze l’a livrée ce lundi 27 Mai 2024 au cours d’un point de presse hebdomadaire tenu au bureau de cette entité sanitaire.

A l’occasion de cet échange avec la presse, le point focal de la communication à la DPS Butembo a présenté la situation rassurante des maladies qui font l’actualité des zones de santé de Katwa, Biena, Butembo, Musienene et Manguredjipa.

Au côté de l’Ebola, de la Covid-19, de la rougeole, et de la vaccination liée à la poliomyélite, LUHAVO DAMAZE a mis un accent particulier sur la conjonctivite qui est sous surveillance dans les milieux carcéraux de Butembo.   

« Par rapport à la Conjonctivite au Niveau de Butembo, la situation est en train d’évoluer et par rapport à la prise en charge, selon les informations du bureau central de la zone de santé à la journée du 26 Mai, on a documenté 80 anciens cas de plus de 260 depuis le début et 4 nouveaux cas. Certainement qu’on a eu le réflexe de faire le suivi dans d’autres milieux carcéraux tels que l’ANR, l’Auditorat. Pour votre information, le cas qui aurait contaminé les autres au niveau de la prison de Kakwangura était venu de l’auditorat militaire de Butembo, à part des cas qui sont enregistrés à la prison de Kangbayi à Beni », a présenté LUHAVO DAMAZE, Point focal de la communication à la DPS-Butembo.

Face à cette maladie contagieuse et infectieuse qui se transmet par la manipulation des objets du malade ainsi que les contacts directs et indirects, LUHAVO DAMAZE martèle sur les modes de contamination de la conjonctivite.

« Nous savons que quand il y a une maladie contagieuse, l’idéal est de pouvoir constater ce cas, l’isoler et le prendre en charge. Quand vous êtes avec le malade, vous pouvez être contaminé quand vous manipulez tout ce que le malade a à utiliser comme essuie-mains, mouchoirs et même les baignades ou lorsque lui-même a frotté les mains sales au niveau des yeux et qu’il vous salue sans se laver les mains et tout ça ,ce sont les modes de contamination de cette maladie » a révélé LUHAVO DAMAZE, agent de la Division Provinciale de la Santé, Antenne de Butembo.

Pour une question d’intérêt communautaire, LUHAVO DAMAZE fait savoir que cette maladie peut surgir de la communauté même en-dehors de la prison. Ainsi, il lance un appel de prise en charge.

: « Nous devons tirer gare puisque le problème n’est pas seulement à la prison mais nous tous sommes voués à nous protéger comme nous devons savoir que nous tous nous ne sommes pas épargnés de cette maladie qui peut surgir de partout. D’ailleurs, selon les informations que nous avons reçues de Beni où on a déjà notifié plus de 300 cas parmi lesquels environs 165 cas de conjonctivite au niveau de Kangbayi. Donc nous tous, nous devons nous unir et nous impliquer sérieusement dans la lutte contre cette maladie », a conseillé LUHAVO DAMAZE.

D’entre les risques de manque de prise en charge, le point focal de la communication de la Division Provinciale de la Santé à Butembo alerte sur le risque de devenir aveugle, une raison pour lui d’appeler au respect régulier des mesures d’hygiène et la consultation dans les structures sanitaires ophtalmiques face à cette conjonctivite jugée d’origine plutôt bactérienne que virale à Butembo depuis Février 2024.  

Jures Kizito