RDC : Les 6 Evêques de l’ancien Kivu se demandent si la situation insupportable de ces jours ne contribue pas au plan de balkanisation

RDC : Les 6 Evêques de l’ancien Kivu se demandent si la situation insupportable de ces jours ne contribue pas au plan de balkanisation

14. avril 2024 Allgemein 0

Les 6 Evêques de la province ecclésiastique de Bukavu s’inquiètent de la situation dramatique que traversent leurs diocèses situés géographiquement au  Nord-Kivu, Sud-Kivu et Maniema. Dans le message « Non, je ne mourrai  pas, je vivrai », ils peignent un tableau sombre de la situation socio-sécuritaire de l’ancien Kivu.

Ce message a été rendu public ce dimanche 14 avril 2024 à la clôture des travaux de la session de l’Assemblée épiscopale provinciale de Bukavu, ASSEPB, tenue du  8 au 14 avril 2024 à Butembo.

Ces  Prélats catholiques parlent de l’insécurité devenue endémique avec son cortège de tueries, même pleine journée, des massacres et des enlèvements des  civils, l’encerclement  de la ville de  Goma par leM23 soutenu par le Rwanda, la paralysie de l’économie par  une stratégie d’isolement et d’asphyxie des agglomérations, des administrations parallèles dans les zones sous contrôle des groupes armés avec les tracasseries de toute sorte, de l’importation, la fabrication et la consommation des boissons fortement alcoolisées, l’instrumentalisation des groupes de pression et mouvements sociaux tels que la Véranda Mutsanga, le Parlement débout de Furu, la LUCHA, OURAN, VUVAMU ainsi que l’instrumentalisation des partis et regroupements politiques  par des « autorités morales ».

Les Evêques dénoncent également la persistance des conflits fonciers souvent exacerbés par des décisions de justice injustes, la fermeture partielle ou  totale des paroisses suite à l’insécurité.

Ils s’inquiètent également de l’existence des forces négatives sous le mode des ADF  qui se constituent en groupes de jeunes voleurs de cacao appelé Sangabalende à Bulongo et Tentera dans la zone d’Oïcha.

Les membres de l’ASSEPB fustigent le recrutement forcé de jeunes par le M23 et d’autres forces négatives dans les territoires  qu’ils occupent, l’abandon par les forces régulières de leurs positions au front ainsi que de la  logistique de guerre au M23, l’insécurité dans les camps des déplacés autour de la ville de Goma avec des bombes qui y tombent, la précarité dans les maisons carcérales et autres.

Les  Evêques de  Bukavu, Butembo-Beni, Goma, Uvira, Kasongo et Kindu indiquent que, pour le peuple, tout cela arrive parce que  l’Etat congolais est mort. « Nous, les gouvernés, sommes abandonnés à notre triste sort  et nous ne voyons aucun indice que les gouvernants d’aujourd’hui songent au bien-être des gouvernés dans un avenir proche ».

En approfondissant cette réponse du peuple, ces Princes de l’Eglise catholique réalisent que le malheur  du congolais prend racine dans 3 maux : d’abord le faible exercice des fonctions régaliennes  de l’Etat, ensuite l’état de l’homme congolais lui-même qui se manifeste par la faible conscience patriotique collective et enfin la communauté internationale qui traite la RDC comme un objet à exploiter.

« Malgré la tenue des élections,  l’Etat congolais  reste inefficace. Il y a lieu de se  demander si  ce comportement ne contribue pas au   plan de balkanisation, du démembrement de la RDC alors que le peuple s’y est déjà opposé », lit-on dans le Message des Evêques de l’ancien Kivu.  

Face à ce tableau, ils invitent le Président de la République de mettre en place rapidement un Gouvernement composé de personnes compétentes et honnêtes ainsi que de poursuivre la réforme des forces de défense et de sécurité.

Aux  gouvernants de cesser le pays comme leur patrimoine privé et de ne plus considérer la résilience du peuple comme une faiblesse mais comme un refus de subir une mort injuste et programmée par leur mauvaise gestion des affaires publiques.

Au peuple congolais de sortir du sommeil, de rester vigilant, d’éviter des manipulations politiciennes, complicités et traitrises de toutes ses formes, de refuser de mourir, de garder l’espérance en priant et de rester solidaire avec les compatriotes habitant les territoires occupés.

Ce message a été signé et donné à Butembo par Monseigneur François-Xavier MAROY RUSENGO,  Archevêque métropolitain de Bukavu et Président de l’ASSEPB, Monseigneur SIKULI PALUKU Melchisédech, Evêque de Butembo-Beni ; Monseigneur Willy NGUMBI NGENGELE, Evêque de Goma, Monseigneur Joseph-Sébastien MUYENGO MULOMBE, Evêque de Uvira, Monseigneur Placide LUBAMBA NDJIBU, Evêque de Kasongo et Monseigneur François ABELI MUHOYA, Evêque de Kindu.

Patient Akilimali