RDC : Le parti de Moïse KATUMBI approuve « une opposition républicaine de combat et sans complaisance » et autorise à ses élus de siéger

RDC : Le parti de Moïse KATUMBI approuve « une opposition républicaine de combat et sans complaisance » et autorise à ses élus de siéger

7. février 2024 Allgemein 0

Après son échec à la présidentielle du scrutin du 20 décembre 2023, le candidat malheureux Moïse KATUMBU CHAPWE a enfin autorisé ses députés  nationaux et provinciaux  à siéger.

Dans une déclaration faite le mardi 06 février 2024 à l’issue des consultations à Lubumbashi et dont une à été consultée par nos confrères du Site d’information 7SUR7.CD, le parti « Ensemble pour la République » de l’opposant Moïse Katumbi a demandé à ses élus de faire partie prenante dans les assemblées provinciales et à la chambre basse du Parlement pour, « une opposition républicaine de combat et sans complaisance », selon ce leader politique.

Maître Hervé Diakese, porte-parole de cette formation politique qui a lu cette déclaration à la presse en présence de Moïse Katumbi, a affirmé que « le chaos électoral vécu en République démocratique du Congo dépasse tout entendement ».

A en croire la declaration de ce cadre politique, »Ensemble pour la République, en accord avec ses allies dont Avançons-MS et Alternance , exigent l’arrestation immédiate de tous les responsables dans la chaîne logistique de la CENI, du sommet jusqu’aux gardiens d’entrepôts ayant été impliqués dans la gestion des DEV, l’arrestation des personnes citées dans la liste des détenteurs illégaux de DEV.

Des enquêtes judiciaires sur l’utilisation des fonds alloués à la CENI à l’occasion de ces élections et sur l’exécution des contrats liant la CENI à MIRU Systems au regard de la facilité avec laquelle des machines ont pu si facilement aider à la fraude électorale », a-t-il déclaré au micro tendu par 7SUR7.CD.

« Ensemble pour la République exhorte les élus issus de ses rangs et des regroupements alliés rescapés de la catastrophe électorale organisée par la CENI de M. Kadima et ses commanditaires, par respect pour nos électeurs, à exercer une opposition républicaine de combat sans complaisance ; demeurer les gardiens de la constitution et d’en défendre scrupuleusement les prescrits en s’opposant à toute velléité de changement de ses dispositions particulièrement à son article 220 », a martelé maître Hervé Diakese au micro de Diakese de 7sur7.cd.

Par ailleurs, Ensemble pour la République et ses alliés ont aussi exigé la libération de certains prisonniers politiques dont Mike Mukebayi, Salomon Kalonda et le journaliste Stany Bujakera.

Il est à rappeler que du lundi au mardi 06 février 2024, les consultations sur la participation ou non des députés élus de Ensemble pour la République dans les assemblées ont été organisées au siège national de cette formation politique de l’opposition à huis-clos à Lubumbashi dans le Haut-Katanga.

Ces assisses de deux jours ont été présidées personnellement par Moïse Katumbi.