Mambasa : cet appel d’un activiste des droits humains aux  FARDC qui ne doivent pas considérer des jeunes « wazalendo » comme ennemis

Mambasa : cet appel d’un activiste des droits humains aux  FARDC qui ne doivent pas considérer des jeunes « wazalendo » comme ennemis

6. février 2024 Allgemein 0

Attaques répétitives contre plusieurs villages de la chefferie des Babilabakwanza et Babilibabombi, en territoire de Mambasa en début du mois de février de l’année 2024. Maître John Vuleveryo pense que le temps n’est plus aux forces loyalistes de considérer les patriotes présents dans la région comme des inciviques.

Il l’a indiqué ce mardi 06 février 2024 après l’attaque rebelle du village Elake qui a coûté la vie à deux hommes.

En effet, les rebelles ADF ont à nouveau signé une incursion dans le village Elake, dans les localités Mbioka et Mekanya, en chefferie des Babibilabakwanza, dans le groupement portant le même nom, ce mardi 06 février 2024.

Notre source signale que le bilan provisoire fait état de 2 hommes abattus et plusieurs agriculteurs en débandade.

Cette attaque survient après celle enregistrée le lundi 05 février à Manzia dans la chefferie des Babila-Bakwanza.

Au cours de cette attaque, 14 personnes ont trouvé la mort. Parmi elles, 9 hommes, 4 femmes et 1 enfant.  Maître John Vuleveryo, déplore la libre circulation des ADF dans la forêt du Sud Est du centre de Mambasa à environ 3 heures de marche à partir la RN 4. 

Au regard de la recrudescence de l’insécurité dans cette partie de la province de l’Ituri, cet acteur des droits humains pense que le moment n’est pas propice pour les forces loyalistes d’assimiler les jeunes patriotes de la région à des inciviques. « Des populations des régions touchées par les massacres cherchent à défendre leurs milieux respectifs comme à BUNANGANA avec le système des PATRIOTES, les FARDC affectés en territoire de Mambasa les jugent des inciviques et hors la loi », se désole ce notable en territoire de Mambasa.

Il renchérit que depuis le mois d’avril 2023 jusqu’au mardi 06 février 2024, plus de 80 jeunes ont été victimes de manque de collaboration entre FARDC et Jeunes Patriotes vivant à Mambasa.

Bon nombre de ces jeunes croupissent dans la prison de Mambasa et de BUNIA, d’autres par ailleurs se sont vus neutraliser par l’armée, poursuit la même source.

Maître John Vuleveryo suggère aux autorités militaires de Mambasa d’accepter de collaborer avec les jeunes des milieux qui se donnent à combattre l’ADF au côté des FARDC.

La Rédaction