Lubero : Un « muzalendo » écrasé pendant qu’il voulait percevoir les frais  de  « rapport » des mains d’un chauffeur à Njiapanda-Rwese

Lubero : Un « muzalendo » écrasé pendant qu’il voulait percevoir les frais  de  « rapport » des mains d’un chauffeur à Njiapanda-Rwese

9. mars 2024 Allgemein 0

Un élément du groupe dit ’’Wazalendo’’  (patriotes en français), en cantonnement est mort par accident le soir de vendredi 08 Mars 2024  à Njiapanda-Rwese en localité Butalengwa en commune rurale de Luotu, Territoire de Lubero au Nord-Kivu.

En effet, un camion sans plaque d’immatriculation, marque Bene-Fuso transportant les bois en provenance de Lukanga en destination de Butembo dont le responsable est KAKULE NZOVOLI a tamponné le nommé KAVUYIRWE DIEUME. Sa tête a été toute écrasée et quelques blessures sur ses pieds. Le fait s’est produit pendant que ce jeune homme voulait négocier une petite contribution dite ‘’rapport’’ auprès du conducteur du véhicule. Arrivé à Mihake-Luotu, ce camion a été arrêté par des tirs des balles dans les pneus.

Selon le commandant PNC Luotu, le corps du défunt a passé toute la nuit du Vendredi à ce Samedi 09 Mars à la belle étoile au lieu du drame. Le corps a été levé de ce lieu l’avant-midi de ce samedi 9 mars 2024 par des membres de la Croix Rouge.

L’enterrement du combattant KAVUYIRWE DIEUME a eu lieu l’après-midi de ce samedi à Butuhe dans son village natal.

Retenons que, les enquêtes continuent par la Police Nationale de Luotu, la Police de Circulation Routière Luotu et les Chefs de Wazalendo.

Entre temps, le chauffeur de l’engin accidenté est en détention à la geôle de la PNC à Luotu.

Pour contexte, c’est depuis novembre 2023 que des combattants Wazalendo sont cantonnés à Njiapanda-Rwese. Selon plusieurs témoignages, ils  ne tracassent pas. Sauf qu’ils récoltent du bois de chauffe au village.

Et sur la route, ils érigent une barrière qui leur permet de collecter un peu d’argent chez les camionneurs jusqu’à 18 heures. Après ces heures, ils désinstallent la barrière mais peuvent continuer à contrôler tout véhicule.  Et le « muzalendo »  tamponné l’a été après que le stick de bois qui sert de barrière venait d’être enlevé.

Silvain Muhindo, Radio Rwese/La Voix de l’Espérance