Journée mondiale d’action en faveur du droit de grève : Docteur Mwanamolo met en garde sur des grèves qui ne respectent pas la procédure

Journée mondiale d’action en faveur du droit de grève : Docteur Mwanamolo met en garde sur des grèves qui ne respectent pas la procédure

19. février 2024 Allgemein 0

La journée mondiale d’action en faveur du droit de grève c’est chaque 18 février de l’année. Le Docteur Mwanamolo Ngise, enseignant en Droit à l’Université Officielle de Ruwenzori UOR-Butembo détaille les circonstances dans lesquelles l’on peut jouir de de ce droit.

Au cours d’une interview accordée à Radio Elimu, La Voix de l’UOR, ce lundi 19 février 2024, notre interlocuteur amorce que la grève est une liberté publique individuelle constitutionnelle garantie en République démocratique du Congo.

Docteur Mwanamolo Ngise fait entendre que la grève est déclenchée dans l’objectif de dénoncer les défaillances pour solliciter une amélioration.

« La grève est une liberté publique individuelle qui est constitutionnellement garantie en RDC. Elle est consacrée à l’article 39 de la Constitution. Il s’agit tout simplement de la cessation collective et concertée du travail par le personnel d’une entreprise pour des motifs d’ordre professionnel en vue de solliciter une amélioration des conditions de travail. La grève suspend seulement le contrat de travail, elle ne le rompt pas », montre-t-il.

Dans la foulée, cet enseignant met en garde sur des grèves déclenchées sans respecter la procédure.

« Mais, la grève doit être exercée dans les conditions fixées par la loi. Il faut toute une procédure préalable pour déclencher un mouvement de grève. Première condition, il faut d’abord un recours préalable et effectif à la procédure conventionnelle, il y a d’abord la conciliation ou l’arbitrage, c’est-à-dire que les travailleurs qui désirent déclencher un mouvement doivent d’abord soumettre leur conflit à la négociation préalable de l’employeur. Si la négociation n’aboutit pas, il faudrait un préavis de grève qui doit être notifié à l’employeur, ce préavis est de 6 jours ouvrables à compter de la notification de ce préavis », avertit Docteur MWANAMOLO NGISE MUSONGYA.

Lancée par la Confédération Syndicale Internationale, CSI, la journée mondiale d’action en faveur du droit de grèvecirconscrit son champ d’activité pour réaffirmer l’importance du droit de grève dans la communauté.

Les experts en droit restent d’avis que cette journée demande aux gouvernements, aux employeurs et à la société dans son ensemble de reconnaitre et de respecter ce droit fondamental des travailleurs ou de la population pour la synergie et le vivre ensemble.   

Plamedi Falayi