Guerre du M23: “On n’a pas l’impression que les autorités prennent vraiment les choses en main” Mgr Ngumbi qui parle de la fermeture d’une paroisse

Guerre du M23: “On n’a pas l’impression que les autorités prennent vraiment les choses en main” Mgr Ngumbi qui parle de la fermeture d’une paroisse

8. avril 2024 Allgemein 0

L’Evêque du Diocèse de Goma invite le Gouvernement à plus d’actions pour le retour de la paix au Nord-Kivu. Monseigneur Willy NGUMBI NGENGELE constate qu’au lieu d’une frappe contre l’ennemi, ce dernier ne cesse plutôt d’étendre sa zone de contrôle.

Ce Prélat catholique a exprimé cette désolation à la presse ce lundi 8 avril 2024 à Butembo. C’était en marge du lancement des travaux de la session de l’Assemblée provinciale épiscopale de Bukavu, ASSEPB.

«D’abord, ça commence à fatiguer la population. Quand les choses ont commencé, on a pensé que ça allait durer peut-être un mois ou deux mois mais maintenant ça fait plus de deux ans. On voyait la guerre au loin mais actuellement elle est autour de la ville de Goma. Cette ville est plus ou moins encerclée, asphyxiée, assiégée par les groupes armés. Autour de Sake, il y a des groupes armés qui essaient de descendre sur Sake. Toutes les routes sont contrôlées maintenant par le M23. La route de Bukavu, la route de Masisi, de Mweso qui nous amène vers Pinga. Et aussi Kabasha, la route de Rutshuru, Bunagana, tout ça c’est contrôlé par le M23. On est dans une situation qui nous apporte beaucoup de souffrances, beaucoup d’inquiétudes et d’angoisse. Les gens de Goma vivent dans cette angoisse, on ne sait pas quand est-ce qu’on peut avoir un assaut du M23 sur la ville de Goma, c’est une situation qui n’est pas très confortable », s’inquiète l’Evêque de Goma.

Monseigneur Willy NGUMBI et son peuple ne trouvent pas encore de signaux qui rassurent que c’est pour demain la fin de la guerre.

« Actuellement, nous avons l’impression de ne pas savoir qui nous protège, c’est le drame que nous connaissons actuellement et surtout savoir quand est-ce que cette guerre finira, on ne sait pas. On n’a pas l’impression que les autorités prennent vraiment les choses en main. C’est pour nous dramatique de voir le peuple vivre dans cette situation, fuir chaque fois. Cette guerre a commencé à Bunagana mais chaque fois, la rébellion du M23 des localités et aujourd’hui, elle est à la porte de la ville de Goma. Des gens commencent à se fatiguer et surtout que nous ne semblons pas voir quand ça pourra finir. Quand est-ce que cela va s’arrêter ? On n’a pas l’impression que le Gouvernement prend les choses très au sérieux », se désole-t-il.

En dépit de cette guerre, prêtres et quelques fidèles continuent à témoigner de l’espérance dans les zones occupées par le M23. Seule une paroisse, celle de Birambizo, a déjà fermé ses portes sur un total de 34 que compte le Diocèse de Goma, ajoute Monseigneur Willy NGUMBI.

« Nous continuons à exercer la pastorale, être présent aux côtés de ce peuple qui souffre, que ce soir à Katwe. Birambizo, c’est la seule paroisse qui est fermée pour le moment. Les autres paroisses sont ouvertes : Rutshuru, Kiwanja, Binza, Nyamilima, Jomba, Rugari, les prêtres sont là et les chrétiens continuent à être animées et à donner le témoignage de solidarité surtout comme ils peuvent. Nous rendons grâce à Dieu pour cela. Même si le mal essaie de triompher, nous avons toujours l’espérance que le Seigneur triomphera. Les problèmes que nous connaissons ne sont pas plus grands que le Christ qui est ressuscité », fait-il espérer.

Toutefois, le Pasteur de l’Eglise de Goma dit exprimer sa proximité à l’égard des autorités qui se battent pour le retour de la paix. Monseigneur Willy NGUMBI espère que ces autorités ont également de la peine en voyant des localités conquises par les rebelles.

Le souhait ardent de Monseigneur Willy NGUMBI NGENGELE est de voir le Nord-Kivu revivre la paix. Il se désole de voir des citoyens être tués et d’autres devenir des déplacés dans leur propre pays suite à l’activisme des éléments M23, ADF et ceux d’autres groupes armés.

Patient Akilimali