Goma : « Ceux qui  ont tué des gens ne sont pas des motards. Et puis, avant  18 heures » Témoignage du taximan Enoch sur le meurtre de plus de 5 civils

Goma : « Ceux qui  ont tué des gens ne sont pas des motards. Et puis, avant  18 heures » Témoignage du taximan Enoch sur le meurtre de plus de 5 civils

11. avril 2024 Allgemein 0

Fusillade de plus de cinq  personnes la soirée du mercredi 10 avril à l’entrée présidentielle en ville de Goma.  Cet acte ignoble est attribué par les témoins aux militaires incontrôlés dans le rang des FARDC.

Parmi les victimes, figure un conducteur de moto taxi selon les premières informations de son collègue qui a vécu à moitié la scène.

« Nous avons vu un motard qui transportait deux militaires à bord de sa moto. Tous les deux soldats sont descendus de la moto et le motard a continué sa route. Ils ont sollicité un autre taximan qui a refusé de les transporter à  ces heures-là.  Tout à coup, ils ont tué ce motard. C’était vers 17 heures 40. Cela a causé une panique. Moi-même, j’ai paniqué jusqu’à perdre  mon contrôle. Ces militaires ont continué à tirer dans plusieurs directions. C’est dans ces circonstances qu’ils ont  orienté le canon vers un véhicule et sur une fille tuée sur le champ. Moi, comme motard, je constate qu’on nous accuse à tort d’être à la base de  l’insécurité. Ceux qui  ont tué des gens ne sont pas des motards. Et puis, avant  18 heures. Certains militaires sont en train de se fâcher contre nous quand nous leur disons qu’il n’est pas possible, quand il veut sonner 18 heures, de les transporter jusque tel ou tel autre point », raconte le prénommé Enoch, un taximan.

Bien plus, le Maire de Goma a présenté ce jeudi 11 Avril 2024 à la presse, une trentaine de bandits et criminels présumés. Répartis dans 6 catégories, ils ont été appréhendés dans des endroits et circonstances différents, et dans des infractions diversifiées, lors d’une série d’opérations menées les 72 dernières heures.

La première catégorie est composée de 8 motards issus de la zone ennemie pris dans la partie Nord-Est de la ville. Ils sont soupçonnés d’espionnage.

La deuxième catégorie est composée de 17 femmes soupçonnées de collaborer avec les malfaiteurs.

La troisième cohorte renferme 3 voleurs qualifiés ayant opéré au Quartier Mugunga avant d’être arrêtés au quartier Kyeshero.

La quatrième catégorie est celle d’un militaire pris au restaurant la colline avec la mission d’éliminer un musicien.

Bien plus, la cinquième catégorie est composée de 6 acteurs, dont deux femmes et 4 hommes, présentés comme braqueurs opérant sur l’axe CEP Congo.

Et la dernière et sixième catégorie enfin,  est composée de 4 éléments notamment 2 militaires et 2 faux Wazalendo, ligués pour troubler la quiétude de la population.

Par ailleurs, outre les hommes, les services de sécurité ont présenté 11 motos, appartenant d’une part aux présumés bandits issus de la zone ennemie et d’autre part, à des inconnus opérant la nuit. Lors de la même opération, l’on a aussi présenté différents biens volés par les incriminés, mais aussi des armes en feu et grenades, tous à l’usage de ces criminels présumés.

Félicitant tous ceux qui ont concouru dans la chaine d’interception de ces inciviques, le Maire rassure la population et l’appelle à un apaisement en dépit des incidents sécuritaires enregistrés ces 72 dernières heures dans la ville.

S’agissant des incidents qui ont fait mort d’hommes au niveau de l’entrée présidentielle la soirée de ce mercredi 10 Avril, l’autorité appelle la population au calme.  Elle rassure que tous les inciviques ayant opéré sont déjà entre les mains de la justice et que le moment venu ils seront auditionnés et jugés, de préférence lors d’une audience publique, lit-on dans une dépêche de la  Cellule de Communication de la ville de Goma.

 Emery Tayivisa, à Goma