Butembo : Un familier trouve la mort de son frère Jean Muleresyakula comme un acte d’héroïsme et d’interpellation aux agents de la PCR

Butembo : Un familier trouve la mort de son frère Jean Muleresyakula comme un acte d’héroïsme et d’interpellation aux agents de la PCR

13. mai 2024 Allgemein 0

La mort de MUMBERE MULERESYAKULA Jean est héroïque. C’est la conviction d’un membre de sa famille après analyse des circonstances qui entourent le décès de cet homme qui s’est auto-calciné en servant de l’essence après une incompréhension avec des éléments de la Police de Circulation Routière, PCR Butembo.  

Radio Elimu, La Voix de l’UOR, échangé ce lundi 13 mai 2024 avec un des cousins du défunt en vue de comprendre le signe sous  lequel on peut placer cette  mort.  MUMBERE MAKASI Jean a vécu les derniers moments au chevet de son frère admis vendredi 10 mai dernier à l’Hôpital Matanda.

Sans avoir eu l’occasion d’écouter les derniers mots de son frère en état comateux,  MUMBERE MAKASI Jean témoigne que son frère MUMBERE MULERESYAKULA Jeanétait calme, comme ses autres frères.

« Suis arrivé à Matanda et je l’ai rencontré aux soins intensifs. J’ai essayé de lui poser la question de savoir s’il entendait ma voix, il avait seulement hoché la tête. Il ne m’a rien dit… Moi et mon frère, notre vie c’est celle de gens qui se fâchent rarement. Mais, nous n’aimons pas de blague. Nous souhaitons que chaque chose soit accomplie selon les ententes et les attentes. Ce qui est arrivé, c’est suite à ce que nous avions traversé peut-être comme difficultés. Après une vie pénible de débrouillardise, nous sommes parvenus à avoir de petites choses pour lesquelles nous n’avons jamais accepté d’être intimidés. Alors, lui était apparemment très fâché », explique-t-il.

Notre interlocuteur trouve que la mort de son frère MUMBERE MULERESYAKULA Jeanest porteuse d’un message.

« En tant que son frère, je suis fier de lui. Heureusement que nous pourrons encore nous rencontrer après la résurrection. Il me console beaucoup parce qu’il a fait dévoiler ce qui était caché entre la population et des agents de l’État. Je suis en deuil mais je suis consolé parce que mon frère est un héros. Il a libéré les conducteurs des engins roulants. C’est désolant de voir que sur la plupart de nos routes, les policiers de roulage se soient déjà rendus en ennemis de la population. Pour ton propre engin, tu peux être poursuivi comme une vache », enchaîne MUMBERE MAKASI Jean.

MUMBERE MAKASI Jean  s’interroge d’ailleurs si tout l’argent recouvré de force atterrit même dans la caisse de l’Etat. « Vous policiers de roulage, vous nous traquez pour documents incomplets de nos engins. Mais, disons-nous la vérité, est-ce que l’argent que vous récoltez auprès de nous, conducteurs d’engins, vous le faites parvenir en totalité dans le Trésor public ? », interroge-t-il.

Domicile du défunt en cellule Vutalirya. Photo Patient Akilimali/Radio Elimu

Il invite tous les agents recouvreurs de l’Etat  à exercer dans la collaboration avec   les contribuables. « Lorsqu’on qu’on dit de toi agent de l’État, ce n’est pas faire de toi un ennemi de la population ».

A la même occasion, MUMBERE MAKASI Jean appelle au calme.  « Je demande que nous puissions nous calmer parce que plusieurs groupes de pression sont venus vers moi pour me parler de certaines questions. Mais, je leur ai répondu que c’est l’État qui est notre père. Qu’on nous laisse tout suivre officiellement. Nous venons de la Mairie où on vient de nous autoriser d’aller creuser le tombeau et enterrer notre frère. Apaisons-nous, notre héros nous précède. Et son acte d’héroïsme ne doit pas être le dernier. Si tu vois un agent de l’État dérailler, témoigne de ton héroïsme pour aider les autres. Mais, cela ne veut pas dire qu’il faut se suicider. Tu peux poser une autre action qui fait interpeler un agent de l’État qui a commis une erreur », conseille MUMBERE MAKASI Jean.

Pour contexte, la scène date du vendredi 10 mai lorsque des policiers arrêtent MUMBERE MULERESYAKULA Jean qui conduisait sa voiture qu’il utilise pour des courses à Mungamba dans l’Ituri pour gagner sa vie.

Après de vains échanges avec des policiers de roulage au carrefour Rond-Point SONAS autour d’un document, la décision a été prise  pour conduire  l’engin au bureau de la PCR sur Avenue Walikale.

Selon des témoignages, l’homme venait de présenter de l’argent  pour  acheter le document qui lui était demandé.

Au bureau, la suite favorable qu’espérait MUMBERE MULERESYAKULA Jean n’a été qu’un rêve.

C’est là que l’homme se trouve au bout de souffle dans les négociations avant de se fâcher jusqu’à l’extrême. Du coup, il se verse de l’essence dessus avant de se brûler. De bonnes volontés avaient alors accouru pour éteindre  le feu et conduire la victime de cet acte de suicide à l’hôpital Matanda.

Courte vidéo prise par un tiers non loin du bureau de la PCR. L’illustre Jean donnait, de son vivant, sa version des faits

Né  en 1980, MUMBERE MULERESYAKULA Jean laisse derrière lui  une veuve et 8 orphelins. Il était habitant de la cellule Vutalirya du quartier Kitulu en commune Mususa.

Notre reporter a constaté que des familiers, amis et connaissances voire des curieux  sont rassemblés dans la parcelle du défunt pour pleurer leur « héros » enterré ce  lundi 13 mai 2024 à Kasumbiri près de Ngeleza en territoire de Lubero.

Patient Akilimali