Butembo-Lubero : La Direction Générale de Migration définit les formalités préalables pour alléger le mouvement des populations

Butembo-Lubero : La Direction Générale de Migration définit les formalités préalables pour alléger le mouvement des populations

19. janvier 2024 Allgemein 0

L’humanité célèbre la journée internationale du migrant et du réfugié le 18 janvier de chaque année. A Butembo, la migration est une activité régulière qui régule les mouvements des populations. La Direction Générale de Migration, DGM, au poste principal de Butembo-Lubero est revenue sur les formalités nécessaires à remplir pour des mouvements allégés des peuples.

Comprendre la migration c’est partir des concepts clés qui entrent en ligne de compte. Partant de la terminologie du champ de la migration, les cadres de cette institution publique ont défini un cadre de référence. « La migration est un terme constitutif de deux mouvements notamment l’immigration et l’émigration. Et cela implique des acteurs. Voilà pourquoi un immigré c’est quelqu’un qui vient de l’extérieur pour l’intérieur de son pays. Un émigré est de son côté, celui qui sort de chez soi vers l’extérieur. Bien donc un migrant est une personne qui est en mouvement de l’intérieur vers l’extérieur de son pays et vice-versa. On ne doit pas se limiter à ça. Sachez aussi qu’un réfugié est toute personne qui quitte son pays pour rechercher asile ailleurs en raison des causes précises comme la guerre, la conjoncture économique et d’autres calamités. C’est delà que nous avons un exilé qui sort et fuit les exactions de son pays juste pour des raisons politiques. Alors un déplacé est celui qui se refuge à l’intérieur de son propre territoire pour des causes belliqueuses, calamités, famines, etc. mais un expatrié et celui-là qui devient étranger sur le sol d’autrui pour s’établir dans un autre pays pour des raisons économiques, diplomatiques, scientifiques, humanitaires aussi » ont défini les responsables de la DGM Butembo-Lubero, sous couvert d’anonymat.

Préalables nécessaires de migration

La DGM Butembo reconnait que si la journée du migré est à l’honneur c’est par le fait que c’est un fléau ou défi qui concerne tout le monde entier et que le monde n’est fait que des gens qui meuvent. C’est de cette occasion que les administratifs de cette institution mettent en nu des dispositions nécessaires de voyage.

« Surtout lorsqu’on parle de la sortie, il faut se représenter le fait de franchir la frontière qui s’accompagne avec les formalités d’usage. Il faut principalement l’octroi d’un passeport, d’un tenant-lieu de passeport ou d’un laissez-passer individuel ; Ainsi s’en suit un visa de voyage accompagné d’un cachet à destination du pays hôte où l’on va. On peut avoir un cachet de sortie et celui d’entrée dès lors que l’on revient. Le visa de voyage c’est une forme de solliciter une autorisation de séjourner dans un autre pays. Ce visa s’obtient à l’ambassade et c’est différent du visa que l’on obtient à la frontière. Mais sachez que ce visa de frontière n’est plus opérationnel à l’Est de la RDC par exemple avec quelques pays limitrophes en vertus des accords bilatéraux entre la RDC, l’OUGANDA, la TANZANIE et le KENYA » a-t-on appris à la DGM Butembo-Lubero.

Le voyage à véhicule personnel et le mouvement d’enfants mineurs formalisé

Au-delà des formalités nécessaires, la DGM rappelle des nécessités formelles à remplir en cas de voyage des enfants mineurs ainsi qu’à bord de véhicule à usage personnel. « Voyager à bord de véhicule, il faut être sûr d’obtenir une assurance de véhicule (COMESA acheté à la SONAS ou à un point d’octroi au niveau de la frontière par exemple) et la carte de sortie de son pays, un document disponible pour chacune des sous régions interétatiques délivré par les services de la DGDA. En période surtout des épidémies, on exige également que l’on soit muni d’une carte de vaccination internationale. De ce qui est des trafics des enfants mineurs, il faut trouver, à la DGM, un document qui atteste le mouvement des enfants mineurs » ont renseigné les responsables de la DGM.

La Direction Générale de Migration est un service de la communauté de renseignement qui veille à sécuriser les mouvements populations. Il sied de signaler qu’un passeport tient lieu d’une pièce d’identité internationale sécurisée qui va d’1 an, 5 à 10 ans incorporant tous les pays visités ou à visiter sur une courte pièce à carnet. Il est différent d’une pièce d’identité nationale à l’exemple actuel de la carte d’électeur en RDC.

Un tenant lieu sert de passeport temporaire entre 1 à 3 mois autour en RDC et environ 2 mois à 1 an dans quelques autres pays. En principe, ces cartes sont de loin différentes selon les modalités d’usages.

Tous les documents nécessaires qui peuvent permettre le mouvement des citoyens c’est à la DGM, excepté le passeport international délivré au service du ministère des affaires étrangères en RDC et au ministère de l’intérieur dans certains autres pays.        

Jures Kizito