Butembo : «Le bien c’est toujours le bien, quand on le fait il ne choisit pas de confession religieuse » Patient Akilimali après son assistance aux détenus de Kakwangura

Butembo : «Le bien c’est toujours le bien, quand on le fait il ne choisit pas de confession religieuse » Patient Akilimali après son assistance aux détenus de Kakwangura

21. février 2024 Allgemein 0

Les locataires de la prison urbaine de Butembo, dite Kakwangura ont bénéficié ce mercredi 21 février 2024 des vivres et non vivres de la part du journalise Patient Akilimali. Ce professionnel des médias motive ce geste par la compassion des chrétiens catholiques en faveur des nécessiteux pendant cette période de carême.

Se confiant à la presse après ce geste caritatif, le Chef de travaux Muhindo Akilimali Jacques Patient, fixe que l’assistance à l’endroit des nécessiteux ne tient pas compte de la communauté religieuse à laquelle on peut appartenir. Il indique avoir posé ce geste en guise de la période de carême où tout chrétien catholique est rappelé à assister les personnes qui souffrent.

Le Directeur de la Radio Elimu, la voix de l’UOR déplore cependant la promiscuité dans laquelle vivent ces détenus.

Ce professionnel des médias encourage d’autres habitants qui ont manifesté une action similaire en faveur des nécessiteux, qu’ils soient détenus, orphelins, déplacés, veuves et autres.

« Nous avons commencé le temps fort de carême et ce temps fort nous rappelle un devoir chrétien pendant lequel nous sommes appelés à poser un petit geste de charité à l’égard des personnes qui souffrent. On ne peut pas prétendre vouloir finir la misère du monde, c’est juste un petit geste que nous avons fait. Nous avons sillonné avec vous les cellules de détention, et déjà vous réalisez avec moi que la promiscuité dans laquelle vivent les détenus inquiète. Je dois avouer qu’accomplir ce geste vient de l’imitation d’autres habitants, des autres chrétiens comme moi qui ont déjà posé un geste de charité comme celui-ci. Qu’on soit de telle ou telle autre confession religieuse, le bien c’est toujours le bien, quand on le fait il ne choisit pas de confession religieuse », indique-t-il.

Emerveillés de cette assistance, les prisonniers ont remercié le bienfaiteur. Ils ont exprimé cette gratitude au cours de la visite guidée effectuée dans leurs cellules respectives.

Il convient de noter que la prison urbaine de Butembo avait ce mercredi 21 février 2024, 1028 détenus. Tenez, parmi ceux-ci figurent 23 femmes et 4 enfants dont l’âge varie entre 2 mois et 4 ans.

Ces femmes sont hébergées dans un petit appartement jadis administratif, après que leur cellule soit saccagée par des ADF en Août 2022.

Après la ronde dans les différentes cellules, notre reporter a constaté une surpopulation des détenus qui dépassent la capacité d’accueil. Les responsables de ces dernières ont signalé à notre reporter qu’il existe plusieurs places scindées en chambrette pour dormir. Tout dépend des moyens de chaque prisonnier. Il s’agit ici de la place de 120000 francs par mois et de 6000 francs. Par contre, ceux qui ne disposent pas de moyens financiers se rangent dans les allées jours et nuits.

Notons qu’en dépit de petites dimensions des lits, certains prisonniers préfèrent occuper un lit en deux.

La carence alimentaire, des vêtements et des sous-vêtements, les mauvaises conditions environnementales, la lenteur dans le traitement des dossiers, sont au tant des problèmes soulevés par les détenus à notre reporter.

Dans cette prison, un nouveau cas de décès a été le matin de ce mercredi 21 février 2024. Kasereka Fikiri Rosita est originaire de Miriki dans la chefferie de Batangi en territoire de Lubero. Avant son arrestation depuis environs 3 mois, il résidait en commune de Kanyabayonga. La cellule de communication de l’hôtel de ville signale que le défunt était un enseignant de profession. KASEREKA FIKIRI ROSITA était poursuivi pour viol sur mineur et non-assistance à la personne en danger.

Samuel Lukalango et Dagzos Bailanda