Butembo : La journée du musée passée dans un silence qui inquiète des habitants

Butembo : La journée du musée passée dans un silence qui inquiète des habitants

18. mai 2024 Allgemein 0

Le monde célèbre la journée internationale des Musées chaque 18 Mai de l’année. Alors que la culture devient de plus en plus préoccupante dans la promotion des œuvres culturelles, aucune activité d’envergure n’a été observée en ville commerciale de Butembo.

Sous couvert d’anonymat, des artistes urbains se sont désolés du fait que la journée a connu un mouvement ainsi timide dans cette ville commerciale entourée d’autant des talents. Nos reporters se sont investis pour comprendre ce que serait le musée national de Butembo actuellement. Arrivée, sur le lieu, ils ont perçu uniquement un chantier sans maçon et personne ne répond.

Du coup, des services aux alentours ont renseigné du déplacement du bureau à quelques 200 mètres où une source sûre nous a révélé que le samedi, pas de service dans ce secteur du ministère de Culture et Patrimoine.

Une désolation de plusieurs membres de la communauté. « Ce n’est pas toujours bon que les gens n’assistent pas aux événements qui engageraient toute la République en principe. On est désolé parce que des journées comme celles dédiées aux musées seraient des occasions de maitriser les aspects de notre patrimoine culturel (…) Ce n’est pas sérieux lorsqu’on cherche des genres de bureaux mais on en trouve pas à l’endroit indiqué dans une grande ville comme Butembo qui est même réputé pour une ville scientifique, alors les artistes et les gens qui étudient en souffrent (…) » ont livré des habitants qui préfèrent rester anonymes.

Les efforts de joindre les personnes compétentes sont restés nuls comme absents à l’office de travail. La journée Mondiale des Musées (JIM) a été consacré depuis 1977 pour offrir aux professionnels des musées l’opportunité d’aller à la rencontre de leurs visiteurs et d’alerter le public voire le sensibiliser sur les enjeux autour de la promotion du patrimoine, de la culture et du développement de chaque peuple.     

Georges Lomba et Jures Kizito