Butembo : Des déplacés de guerre à la Mairie pour demander la restauration de la paix et l’assistance de bonnes volontés aux 22 122 nécessiteux

Butembo : Des déplacés de guerre à la Mairie pour demander la restauration de la paix et l’assistance de bonnes volontés aux 22 122 nécessiteux

24. mai 2024 Allgemein 0

La synergie des comités des déplacés vivant en ville de Butembo et environs demande au Maire de s’impliquer pour faciliter leur ré identification et d’appuyer leur plaidoyer pour le rétablissement de la paix dans leurs entités d’origine. Ils l’ont indiqué dans un mémorandum déposé à l’hôtel de ville ce vendredi 24 mai 2024.

Dans ce mémorandum lu par Masika Kahindo Marie Jeanne, représentante de cette structure des nécessiteux, l’on note que la ville de Butembo et les localités de Musimba et Kyambogho en territoire de Lubero regorgent 22.122 déplacés. Des déplacés répartis dans 3 687 ménages.

Parmi ceux-ci figurent les hommes et femmes, les enfants, ainsi que les pygmées. Ces nécessiteux traversent des conditions de vie difficiles.

Sur les calicots qu’avaient les déplacés, on pouvait lire : « Nous avons besoin de l’assistance », « sans médicaments, sans soins appropriés, SOS aux déplacés de  guerre », « pas de logis, pas de vivres ».

Des déplacés devant le Bureau du maire. Photo Janvier Mamboleo de la RCB

Pour ce faire, cette synergie des comités des déplacés demande au Maire de Butembo de leur faciliter la ré identification des déplacés, les mettre en contact avec les bienfaiteurs, ainsi que plaider pour le rétablissement de la paix dans leurs milieux d’origine.

Ces déplacés ont besoin des vivres, soins médicaux, vêtements, emplois, paiement du loyer, scolarisation, fournitures scolaires, kits d’inhumation en cas de décès d’un déplacé, les factures des soins en souffrance.

Le besoin urgent, étant la restauration de la paix  pour que ces vulnérables rentrent dans  leurs milieux d’origine où ils ont déjà abandonné leurs moyens de vivre.  

Il convient de noter que ces déplacés vivant en ville de Butembo et environs ont fui les atrocités perpétrées par les rebelles ADF, de la CODECO, du M23, ainsi que d’autres groupes armés actifs dans leurs entités de provenance.

                                                                            Samuel Lukalango