Butembo-26 ans depuis les massacres de Kikyo : les  survivants répètent que justice soit faite et que le Gouvernement indemnise les familles des victimes

Butembo-26 ans depuis les massacres de Kikyo : les  survivants répètent que justice soit faite et que le Gouvernement indemnise les familles des victimes

13. avril 2024 Allgemein 0

14 avril 1998 – 14 avril 2024, jour pour jour, ça fait exactement 26 ans  après les massacres de plus de 350 civils à KIKYO en ville de Butembo. Ces compatriotes congolais avaient été tués par des militaires de l’AFDL. Après ces actes ignobles, les victimes de ces massacres ont été enterrées dans des fosses communes à KIKYO et à KITATUMBA. Les activités de commémoration de ce triste anniversaire ont été avancées pour ce samedi 13 avril 2024.

A l’occasion, une messe en mémoire de victimes de ces massacres a été dite à la paroisse catholique Saint sacrement de LYAMBO.

Au sortir du culte, les participants, les membres du Comité des Victimes Survivantes des Massacres de KIKYO COVISMAKI en sigle, ont défilé dans les rues et avenues de Butembo.

La caravane est allée  de Lyambo, passant par la rue Kinshasa, dépassant le Rond-point VGH.

Avant de chuter à FURU, les manifestants se sont dirigés à KITATUMBA et KIKYO, pour rendre hommage aux victimes des massacres enterrées là-bas dans des fosses communes.  

Au cours d’une interview nous accordée, le Comité organisateur se convainc que ces meurtres étaient une réaction disproportionnée des militaires face à une résistance de la communauté nande en général, plus particulièrement la population de Butembo.

ANGELUS MUSUMBA, porte-parole de COVISMAKI encourage les Bubolais qui se sont appropriés cette journée en mémoire des victimes des massacres de KIKYO.

A l’occasion de cette journée commémorative, le COVISMAKI exhorte que justice soit faite et que les auteurs desdits actes soient déférés  devant  les instances judiciaires afin de répondre de leurs actes ignobles.

Il recommande également que les familles victimes soient indemnisées. Ce comité appelle le gouvernement congolais à respecter les articles 16 et 52 de la Constitution qui reviennent sur les droits à la paix, à la sécurité et surtout à la vie.

Ce même samedi 13 avril 2024, le coordonnateur de COVISMAKI, MUHINDO MASTAKI BAHATI JUNIOR, a fait savoir que les démarches continuent pour que justice soit faite.

Il renchérit que d’ailleurs le massacre de KIKYO est reconnu par le rapport des Etats-Unis et le rapport de MAPPING.

Notons que, une centaine de Bubolais ont pris part à cette activité commémorative.

Georges LOMBA