RDC: Le député Nzanzu Kasivita et ses pairs désapprouvent les manœuvres dilatoires du bureau provisoire Mboso de l’Assemblée nationale qui étouffe la démocratie

RDC: Le député Nzanzu Kasivita et ses pairs désapprouvent les manœuvres dilatoires du bureau provisoire Mboso de l’Assemblée nationale qui étouffe la démocratie

17. mai 2024 Politique 0

Les députés nationaux ont initié une pétition contre le Président du bureau d’âge de l’assemblée nationale Christophe MBOSO. Ils l’accusent de léthargie dans l’organisation des élections du bureau définitif de cette chambre basse du parlement.  Parmi les signataires,  l’honorable NZANZU KASIVITA Carly,  élu du territoire de Beni au Nord-Kivu.

Selon lui,  le délai constitutionnel pour la mise en place du bureau définitif est déjà foulé au pied car en principe,  le bureau définitif devrait être installé au mois de Mars passé. « En principe,  si on devait rester dans l’esprit de la Constitution, on devrait avoir le bureau définitif au mois de mars parce que la session ordinaire du mois de mars n’a pas commencé, nous sommes encore en session extraordinaire, ce qui n’est pas bon pour le fonctionnement de l’Etat. C’est toute une institution qui est en veilleuse. Aujourd’hui, nous sommes  en voie de parfaire ce schéma pour avoir le bureau définitif mais il y a des problèmes. L’esprit de la démocratie est piétiné. C’est la raison pour laquelle les députés veulent voir cette Assemblée commencer les bonnes valeurs », amorce cet élu du territoire de Beni.

NZANZU KASIVITA Carly montre que la position de ces représentants de la Nation a  pour visée d’aider la République entière. « Nous ne voulons pas être parmi ceux qui vont cautionner le népotisme.  Vous avez vu les tickets de l’Union sacrée mais il y a des partis ou des regroupements de la Majorité qui ne sont pas de l’Union sacrée. Notre Règlement intérieur est clair quant à ce, nous pensons qu’on ne doit pas faire une Commission électorale taillée sur mesure qui, d’avance, élimine certains candidats. Si nous aimons le Président, nous devons lui permettre d’avoir les institutions qui vont l’accompagner dans son action, si nous aimons surtout la République, nous devons éviter de montrer que le Parlement est une chambre de résonnance où il y a la volonté des oligarques qui ne peut que passer », ajoute-t-il, dans des propos recueillis le jeudi 16 mai 2024 par des  confrères de Kinshasa.

NZANZU KASIVITA Carly et ses pairs s’attaquent au bureau d’âge qui ne cache pas son désir de se pérenniser au perchoir et étouffer la démocratie au niveau de l’assemblée nationale. « Nous nous attaquons au bureau d’âge qui a la responsabilité de nous conduire vers les élections du bureau définitif. Nous sommes en train de voir des manœuvres dilatoires pour continuer à se pérenniser au perchoir mais aussi étouffer la démocratie au niveau de l’Assemblée nationale », contextualise cet élu du territoire de Beni.

L’honorable NZANZU KASIVITA Carly insiste que l’assemblée nationale est l’hôtel de la démocratie.  Il note que les députés devront être modèles dans la gestion des institutions et garantir la démocratie.
« L’Assemblée nationale, c’est la représentation du peuple, c’est l’hôtel même de la démocratie. Je crois que nous devrions être les modèles. Moi, si j’étais à la place de certains membres du bureau de l’Assemblée, j’allais prendre mes caméras, aller voir le Président de la République, le féliciter pour d’abord la chance que le pays a donnée à Mboso pour présider l’Assemblée nationale pendant trois ans au moment où il n’avait pas de la majorité. C’est une grâce. Chez nous au village, quand on voit une personne âgée, on suppose que  c’est de la sagesse. Nous pensons qu’il reflète la sagesse, il devrait nous permettre que l’Assemblée fonctionne », conseille l’élu de Beni, dans un extrait choisi par Fiston Matsande Dekassia.

Selon médiacongo.net, l’organisation, ce samedi 18 mai, de l’élection des membres du bureau définitif de l’Assemblée nationale devient incertaine.

Et pour cause, Antipas Mbusa Nyamwisi dont la candidature au poste de 2ᵉ vice-président a été écartée par la commission de traitement des dossiers, a saisi le Conseil d’État.

Ce candidat de la plateforme PEP-AAAP accuse Christophe Mboso Nkodia, le président du bureau d’âge, de l’avoir écarté de la course pour rester candidat unique. L’audience sur cette affaire au Conseil d’État serait fixée au lundi 20 mai.

La Rédaction