Journée des enfants victimes d’agression : « Avec le contexte de conflits armés dans lequel nous sommes aujourd’hui, l’environnement en soi est agresseur » Reagan BANGAGHE

Journée des enfants victimes d’agression : « Avec le contexte de conflits armés dans lequel nous sommes aujourd’hui, l’environnement en soi est agresseur » Reagan BANGAGHE

5. juin 2024 Générale 0

La persistance des conflits armés constitue un facteur majeur de l’agression envers les enfants. Ces propos ont été tenus par Reagan BANGAGHE défenseur des droits de l’enfant en ville de Butembo. Il l’a exprimé à l’occasion de la journée internationale des enfants victimes d’agression que l’humanité commémore chaque 4ieme jour du mois de juin.

Au cours d’une interview accordée à la Radio Elimu, la Voix de l’UOR ce mardi 4 juin 2024, ce défenseur des droits de l’enfant a indiqué que l’agression est tout acte de violence ou de brutalité posé à l’encontre d’une personne.

Pour lui,  la vulnérabilité des enfants les expose à plusieurs risques d’agression. Cet ancien Président du Parlement d’enfants Butembo-Lubero renchérit que les enfants sont victimes et innocents des agressions physiques, psychologiques, sexuelles, etc.

Notre interlocuteur déclare que la persistance des conflits armés dans la région constitue également une cause majeure des cas d’agression à l’égard de l’enfant.

« Les enfants étant vulnérables, ils sont très exposés aux agressions partout où ils vivent en commençant dans leurs familles, dans la société et même jusqu’à l’école il se fait observer des formes d’agression qui mettent en danger la vie des enfants et n’aide pas ceux-ci d’évoluer. D’une manière générale, les enfants sont exposés aux agressions physiques, ça veut dire des actes de violences qui touchent directement le corps des enfants et cela peut créer de blessures et beaucoup d’autres dangers sur le physique de l’enfant. Il y a également, des agressions psychologiques qui touchent le niveau mental ou psychologique de l’enfant. Un enfant qui est régulièrement injurié, discriminé ou dénigré par exemple, cela crée des blessures et troubles mentaux en lui. La troisième forme d’agression à laquelle les enfants sont confrontés est sexuelle. Ces sont des actes qui se font par violence et brutalité. Avec le contexte de conflits armés dans lequel nous sommes aujourd’hui, l’environnement en soit est agresseur qui ne donne pas la paix aux enfants « , détaille le défenseur des droits de l’enfant, Reagan BANGAGHE.

Cet activiste des droits de l’enfant exhorte les autorités locales et du pays à mettre  un accent particulier sur le processus de rétablissement de la paix dans les zones menacées par des conflits armés.

Aux parents, de se sacrifier davantage pour leurs enfants et s’investir  dans l’éducation des enfants en douceur dans les principes de la non-violence.

« Nous appelons les autorités de notre pays à pouvoir mettre un accent particulier sur la paix dans la région parce que c’est un élément qui est à la base de plusieurs cas d’agression ou qui favorise les agressions contre les enfants que ce soit les agressions physiques, psychologiques et sexuelles. Aux parents qui passent beaucoup de temps avec leurs enfants de leur transmettre une énergie positive, de paix, de non-violence dans l’éducation. A tous les adultes, d’être doux avec les enfants. Un enfant est une personne qui, en grandissant, a besoin d’une paix afin qu’il puisse arriver à se découvrir et être très utile à la société », conclut ce défenseur des droits de l’enfant.

Il faut noter que la recrudescence de l’insécurité à l’Est du pays  perpétrée par des rebelles  ADF et du M23, ainsi que des groupes armés expose ces jours les enfants à plusieurs formes d’agressions.

Victoire Posite