Des prêches publics à Butembo : le prêtre Kishindo plaide pour l’ordre de lieu, de temps et des réponses aux préoccupations sociales en faveur de la population

Des prêches publics à Butembo : le prêtre Kishindo plaide pour l’ordre de lieu, de temps et des réponses aux préoccupations sociales en faveur de la population

21. juin 2024 Allgemein 0

En cette période où la conjoncture économique est préoccupante à l’Est de la République Démocratique, les prêches publics prennent de plus en plus de l’ampleur tant dans les milieux urbains que ruraux. Face à cette situation, Révérend Père Aymard Kishindo conseille à ceux qui investissent dans les œuvres religieuses de ne pas exploiter abusivement la population longtemps meurtrie par des situations précaires.

Au milieu des activités commerciales à Butembo, nous avons aperçu un prêcheur mobiliser des ressources pour s’unir à sa prière et on pouvait attendre une sensibilisation autour de la compassion. 

« Certainement, si les gens payent maintenant, vous allez partir, comment saurez-vous mon témoignage ? Frères, regardez que nous sommes nombreux à ce lieu, viens frères, viens, viens pour que je touche dans tes mains (…) Amen ! Il y a des intentions que vous adressez à Dieu et c’est DIEU qui bénit. Ne faites pas de calculs à ce que vous voulez me donner. Même Jésus avant qu’il n’opère un miracle, il demandait aussi pour qu’on lui fasse quelque chose. Et là vous voulez vous tenir ici et quand je vous choisis, vous pensez que c’est un hasard ? Je ne pense pas. Et toi, tu peux m’aider avec 2000 francs pour que je sois capable d’acheter le coton pour laver mes plaies. Une fois guéris, je prierai à Dieu d’exaucer te prière parce que tu m’as aidé aussi parce que tu as écouté sa parole ! », a prêché ce sujet anonyme au croisement de l’avenue Monseigneur Kataliko et la Rue Président de la République à Butembo.

Face à cette situation, Révérend Père Kishindo AYMARD soutient que les prêches doivent se faire en ordre et ne pas troubler l’ordre public.

« Il est dit que l’Evangile est appelé à être proclamé en temps et à contre temps et partout. Mais, il ne faut pas prêcher dans la rue juste pour empêcher les autres de vaquer librement à leurs occupations ou prêcher dans la rue pour troubler l’ordre public. L’ordre public et les libertés de uns et des autres doivent être respectés. Des prédications ou des prêches qui iraient dans le sens de contraindre les gens à épouser ses convictions personnelles ne sont pas en tout cas celles dont notre peuple a besoin. Notre peuple a besoin d’une parole constructive, une parole plus consolatrice en ce temps que même la sécurité ne va pas chez nous », explique AYMARD KISHINDO, Prêtre catholique assomptionniste.

Qu’importe le lieu reconnu pour évangéliser le peuple de Dieu, ce prêtre soutient que le prêche vaut la peine autant qu’il répond aux préoccupations sociales.

« Notre peuple attend alors des pasteurs ou des différents prédicateurs des paroles qui puissent le consoler et qui puissent même les amener à se prendre en charge », soutient AYMARD KISHINDO, Religieux.

Pendant que la République Démocratique du Congo subit une agression guerrière des ennemis de la paix, les prêches s’amplifient çà et là à l’Est du pays. Comme du principe « Ora et Labora » traduit par « Prie et Travaille », ce prêtre rappelle que c’est divin de marier le travail à la prière et ne pas tomber dans la mendicité, une autre forme d’agression pour la population.

Jures Kizito