Butembo : Révolté par la hausse du prix du carburant, un taximan invite les élus à plaider au lieu de se préoccuper de l’affichage de leurs photos

Butembo : Révolté par la hausse du prix du carburant, un taximan invite les élus à plaider au lieu de se préoccuper de l’affichage de leurs photos

14. septembre 2023 Allgemein 0

Le prix du carburant ne cesse de hausser en ville de Butembo depuis deux semaines. Un litre qui se négociait entre 3 200 Fcs et 3 300 Fcs, se négocie actuellement entre 3 800 et 4 000 Francs chez les petits revendeurs communément appelés Kadafi.

Cette hausse vertigineuse du prix, impacte négativement sur le prix du transport en commun, qui est également revu à la hausse. Une course qui coutait 500fc, se négocie actuellement à 1000 Fcs auprès des taximen motos et celle de 5 000FC coûte actuellement 10 000 Fcs chez les conducteurs des triporteurs.

Les taximen et conducteurs des triporteurs disent ne pas savoir la cause de cette hausse de prix de carburant. Ils se désolent des mésententes entre eux et leurs  clients autour du prix d’une course.

« Il y a hausse du prix de carburant. On achetait à 3000fc  mais aujourd’hui c’est à 3500fc voir 4000fc. Et les clients  ne prennent plus la moto à cause du prix. C’est pourquoi on manque comment travailler.  Je demande à nos autorités des nous aider à rabaisser le prix du carburant », note KASEREKA MUSAYI JIRESSE.

Il est soutenu par son compagnon MBUSA MARORA SHUKURU : « Aujourd’hui nous achetons le carburant à 3800fc voire 4000fc. A ce jour on ne travaille plus à cause du carburant et quand on explique à un client que le prix du carburant n’est plus le même, directement il refuse soit disant que eux aussi  sont en crise. Je demande à nos députés de ne pas seulement se contenter de placarder leurs photos sur des murs pour rien mais qu’ils partent plaider pour nous. Nous souffrons ».

Situation qui fait baisser les recettes journalières, regrette KAMBALE MULAVI JOSEP. « La hausse du prix de carburant laisse que nous taximen on manque comment travailler. Avant, on achetait à 3400fc mais aujourd’hui c’est 4 000fc. Je demande aux autorités de nous aider à baisser le prix », avoue-t-il.

Pour sa part, KASEREKA MATHE Jean-Paul revendeur de l’essence indique qu’un fût qu’ils achetaient à 235 dollars ou 240 dollars, se négocie actuellement à 280 dollars. Il appelle les autorités à faire le suivi de cette situation et à stabiliser le prix.

« A ce jour, nous vendons un litre à 4000fc, nous achetons un fût à 280 dollars, nous demandons aux autorités de voir quoi faire parce qu’on ne travaille plus comme avant et même les taximen sont pénalisés à cause de la hausse du prix de carburant », plaide-t-il. 

Notons que, jusque-là, aucune bouche autorisée ne s’est encore prononcée sur cette situation, qui prend de plus en plus une allure inquiétante

                                                  Georgine Tawitemwira et Michael Kweyamba