Butembo : Meurtre du taximan Kasuki près du camp militaire de Rughenda, le RETAC décide qu’il n’y a pas de taxi ce samedi en attendant la comparution des auteurs

Butembo : Meurtre du taximan Kasuki près du camp militaire de Rughenda, le RETAC décide qu’il n’y a pas de taxi ce samedi en attendant la comparution des auteurs

21. juin 2024 Allgemein 0

Mort la nuit du jeudi 20 juin 2024 du taximen de l’ATAMOVE Kambale Kasuki Prince, du parking Rughenda marché à la suite des balles lui logées par deux hommes armés. Le Réseau des Taximen au Congo, RETAC, condamne cet acte incivique  et exige des enquêtes urgentes afin de punir les auteurs.

Se confiant au micro de notre reporter, Blaise Musovoli son vice-président déplore cet acte incivique. Il informe qu’il s’agissait de deux hommes armés vêtus en tenue militaire qui ont arrêté le taximan qui sortait du secrétariat  New life non loin de la salle Karibu Kwetu pour des raisons de service.

Ces inciviques ont exigé au taximen Kasuki et à sa sœur Delila qu’il portait sur sa moto d’exhiber leurs cartes de service et d’électeurs, ainsi que donner leurs téléphones.

Ceux-ci ont respecté l’ordre des malfrats sans hésitation. En dépit de l’exhibition de ces cartes et de la donation des téléphones, ces bandits ont tiré sur le taximen qui est mort la même nuit.

Face à cette perte humaine qui a touché les taximen de la ville, le vice-président du RETAC plaide pour les enquêtes urgentes et appelle les taximen au calme.

Suite à ce meurtre, le RETAC a convoqué  une assemblée générale extraordinaire ce vendredi 21 juin 2024. Il a décidé de la journée sans taxi ce samedi 22 juin 2024 à Butembo et environs. « Dans 48 heures, nous accordons aux services compétents de diligenter une enquête urgente afin de mettre la main sur les auteurs de cet acte car  le fait s’est passé auprès du camp militaire de Rughenda. L’enterrement de notre membre interviendra après la présence à la barre, dans une audience publique, des auteurs de cet assassinat. Nous fustigeons le non aboutissement des enquêtes de l’assassinat par arme à feu, le 13 avril 2024,  de notre membre KAMBALE KUPANYA Ibrahim du parking Mususa », lit-on dans la déclaration du RETAC Butembo et environs. 

En réaction, le président de la société civile en commune de Bulengera alerte sur les tracasseries de la paisible population  de cette contrée par des hommes armés vêtus en tenue assimilée à celle des forces loyalistes.

John Kameta demande aux autorités de prendre des mesures qui pourront imposer la quiétude de la population. La population doit pour sa part rester vigilante et dénoncer tout cas suspect auprès des autorités de base.

Il faut noter que le corps de l’illustre disparu a été acheminé à la morgue de l’hôpital général de référence de Katwa en attendant son enterrement.

                                                               Samuel Lukalango