Butembo-Kakwangura : 1255 détenus dont 205 malnutris, le REDHO veut la construction d’une nouvelle prison et l’augmentation de la ration alimentaire

Butembo-Kakwangura : 1255 détenus dont 205 malnutris, le REDHO veut la construction d’une nouvelle prison et l’augmentation de la ration alimentaire

21. juin 2024 Allgemein 0

Cri d’alarme du Réseau pour les Droits de l’Homme,  REDHO, en faveur des détenus de Kakwangura. Dans son rapport du monitoring effectué le 20 juin et rendu public ce vendredi 21 juin 2024, ce regroupement d’ONGDH fait constater que cette maison de correction contient plus du quadruple de sa capacité d’accueil.

Selon le REDHO, la prison de Kakwangura héberge ces jours 1255 détenus dont  21 femmes qui ont 6 nourrissons alors qu’elle avait été construite pour un maximum de 250 locataires.

Le nombre des détenus Malades internés à HGR/KITATUMBA est de 14 alors que celui des détenus malnutris s’élève à 205. De ces 1255 détenus, les condamnés sont seulement 106 dont 2 femmes.

A eux seuls, l’Auditorat et le Tribunal Militaire de Garnison de Butembo instruisent les dossiers de 1063 détenus. Pour leur part, les Parquets et Tribunaux civils poursuivent 86 détenus.

Et le nombre des détenus décédés du 1er au 15 Juin 2024 est 4.  Celui des corps des détenus qui trainent à la Morgue de KITATUMBA faute des Cercueils est 5. « Seulement 106 détenus sont condamnés 8,4% et 1149 sont de prévenus 91,6%. Parmi les détenus certains seraient de mineurs d’âge. Plusieurs détenus souffrent de la malnutrition à cause de l’insuffisance de la ration. L’Administration Pénitentiaire travaille dans de mauvaises conditions par manque d’infrastructure appropriée. Il y a lenteur dans le traitement des dossiers pour plusieurs détenus », déplore le REDHO.

 Il recommande à l’Etat d’augmenter son enveloppe allouée à la restauration de détenus,  de construire une prison spéciale capable de recevoir un grand nombre.

Aux instances et juridictions judiciaires civiles que militaires d’accélérer l’instruction des dossiers avec prévenus pour que ces derniers soient fixés à temps sur leur sort.

Le REDHO propose la libération des personnes accusées des faits bénins et le déferrement des mineurs devant les juges d’enfants.

Il invite enfin toute personne physique ou morale de bonne volonté à venir au secours des détenus de la Prison de Butembo.

La Rédaction