Butembo : En ce temps des troubles, la Psychologue Olga Kakerania appelle à ne pas confondre les malades mentaux aux bandits

Butembo : En ce temps des troubles, la Psychologue Olga Kakerania appelle à ne pas confondre les malades mentaux aux bandits

17. juin 2024 Allgemein 0

Les malades mentaux nécessitent une protection de tous de peur de les assimiler aux inciviques pendant cette période des troubles sécuritaires. Cette recommandation a été formulée ce lundi 17juin par Kanyere Kakerania Olga, psychologue clinicienne au centre psychiatrique Sainte Croix de Mulo, sous station de Vulema en ville de Butembo.

Se confiant au micro de notre reporter, Kanyere Kakerania a démontré qu’il n’est pas étonnant de trouver des malades mentaux dans les rues et avenues de la ville la nuit en dépit de la situation sécuritaire précaire.

Notre interlocutrice conseille les services de sécurité et les membres de la communauté  qui peuvent cueillir un malade mental assimilé à un incivique, à s’imprégner de son identité, car dit-elle, les malades mentaux qui ont été pris en charge par des centres psychiatriques doivent disposer des pièces justificatives.

Elle appelle les membres des familles des malades mentaux qui errent dans la société sans être soignés, à prendre soins d’eux afin qu’ils ne soient pas un danger pour la communauté.

<<Vis-à-vis de la situation sécuritaire qui prévaut actuellement dans notre région, je trouve que les malades mentaux sont en danger, car ils déambulent souvent. On peut trouver ceux qui étaient jadis stables, mais lorsque la situation se détériore, ils peuvent encore rechuter. Quand bien même certains membres de la famille se donnent la peine de les soigner, ce n’est pas étonnant de les retrouver dans la  rue. Les agents de sécurité et la population ne doivent pas les confondre  s’ils les trouvent la nuit. Pour les malades qui ont été soignés dans nos centres psychiatriques, il y a toujours des preuves qui prouvent qu’ils ont été soignés. Pour ceux-là qui sont déjà abandonnés dans la rue, en tout cas je recommanderais à ce que les parents ou les autres membres de la famille de veiller sur eux. Ce n’est pas seulement les membres de la famille de veiller sur eux, mais aussi les bienfaiteurs peuvent le faire>>, souhaite-t-elle.

Il convient de noter que dans la nuit du dimanche 16 à ce lundi 17 juin 2024, un fou assimilé à un incivique a échappé à une justice populaire au quartier Kitulu, grâce à la prudence de quelques jeunes qui l’ont reconnu.

                                                                  Samuel Lukalango